Connectez-vous S'inscrire

Mercredi 26 Octobre 2011

Magazine

Sommet européen à Bruxelles : chronique d’une énième catastrophe annoncée

Bruxelles, un jour entre les deux sommets européens du 23 et du 26 octobre 2011

Pour ceux qui aiment s’adonner à une revue de presse pour débuter la journée, l’heure est sans doute à la sinistrose. A lire les unes des journaux il y a de quoi faire sa prière avant l’apocalypse annoncée. Alors elle vient cette explosion de la zone euro ? Qu’en est-il de la fin de la construction européenne ?

Par Arezki Yaiche


© Conseil de l'Union européenne, 2011
© Conseil de l'Union européenne, 2011
Depuis le premier plan de sauvetage de la Grèce en mai 2010, voire même depuis la chute de la Banque d’affaire Lehmann Brothers aux Etats-Unis, on a connu pas mal d’occasions de se jeter par la fenêtre. Mais à chaque fois des Conseils européens de la dernière chance nous en ont dissuadés. On est d’accord le disque commence à se rayer. Les conséquences de la crise du crédit bancaire débutée en 2008 suivi de la crise de la dette souveraine des Etats européens (ces derniers avaient abondamment recapitalisé les banques en 2008-09), déclenchée par la falsification des chiffres de l’endettement grec par l’ancien gouvernement conservateur hellène, vont bien finir par nous achever. On évitera d’ailleurs de mentionner la crise écologique histoire d’éviter d’en faire trop, car nos dirigeants ont les nerfs fragiles.

L’UNION FAIT… LA GUEULE

En marchant dans les rues de Bruxelles à proximité du rond-point Schuman, à voir tous les camions de télévisions, on se dit que le débat politique communautaire commence à intéresser. Le bond en avant européen est prêt à être couvert.  La recherche du meilleur arrière fond pour le reportage du JT du soir est en cela tout symbolique. Qu’est ce qui irait le mieux avec cet impeccable brushing et ce beau micro ? Les drapeaux européens du bâtiment principal de la Commission (Berlaymont) ou l’entrée du bâtiment où les négociations entre les 27 ont lieues (Juste Lipse) ? Au final on parle de beaucoup de choses mais pas vraiment des solutions. On préférera naturellement le récit des prises de becs viriles entre le président français et le premier ministre britannique voire des rires complices des journalistes invités à la conférence de presse franco-allemande, lorsqu’est pointée du doigt l’incompétence du président du Conseil italien. Mis à part les ébauches de début de projets de sortie de crise, quels sont les enseignements de ces réunions post démocratiques où tous les chefs d’Etat ont un droit de véto ? Des chroniques de journalistes élus et sans doute mieux disposés à couvrir ces réunions et malheureusement aussi quelques remarques stupides destinées à noyer le débat… Exemple : « on est au bord du gouffre, les Grecs sont des fainéants, les Italiens se moquent de nous, les Français sont arrogants, les Anglais sont des moralisateurs, les Allemands sont inflexibles et les autres pays ne servent à rien… » Tous unis dans la diversité.

TOUS À VOS BUNKERS

Pour l’instant les menaces d’explosion, d’implosion ou encore de destruction n’ont débouché que sur des rustines (qui signifient « plans de sauvetage, rachat d’obligations par la BCE, recapitalisation bancaire et fonds européens de stabilisation financière (FESF) » en novlangue communautaire) et pas mal de plans d’austérité notamment  en Grèce, Irlande, Portugal, Italie et également en France. Pour l’heure donc c’est plutôt les citoyens précarisés sous fonds de réduction budgétaire, chômage et démantèlement des services publics qui souffrent de la crise européenne. Il est vraiment temps que le jeu du chat et de la souris entre les agences de notation et les 27 (enfin plutôt les 17 de la zone euro) laissent la place à de véritables solutions à long terme (euro-obligations, taxes sur les transactions financières, régulation financière, plan de relance vert, nouveau traité institutionnel, extension de la majorité qualifié, gouvernance économique…). Pourtant, bon nombre de députés européens, de membres de la Commission européenne, des représentants de partis d’opposition européens ou encore des économistes s’escriment à promouvoir ces propositions dans la presse. On l’a souvent relayé sur generation112.eu les solutions sont là mais la volonté politique pas encore. Tous à vos bunkers donc.



Et aussi, sur le même thème
< >

Vendredi 1 Octobre 2010 - 17:22 L'avenir économique de l'Europe en question avec Pierre Defraigne

Lundi 25 Octobre 2010 - 18:14 Emilie Turunen : "l’UE n’a pas été suffisamment ambitieuse et efficace"










Inscription à la newsletter
 



S'identifier
 













S'identifier


S'inscrire